Installation du pack TouchMi de Hotends.fr

Ou les aventures de Docarti dans le royaume de la bidouille…

Photo du capteur TouchMi

Un capteur, tu disais que c’était inutile…

Si vous suivez Docarti, vous savez que je ne suis pas un inconditionnel des BL-Touch, 3dTouch et tous les autres Touch. J’en ai déjà installé (3dtouch) mais je n’ai pas gardé parce que je trouvais qu’avec un bon réglage de plateau, c’était inutile, un plateau bien réglé n’ayant pas besoin d’être re-réglé toutes les 5 minutes. Donc la valeur ajoutée comparée aux risques du montage ne me paraissait pas intéressante.

Aujourd’hui, les choses ont changé. Avec la généralisation des plateaux magnétiques, on est amené à enlever et remettre souvent ces plateaux, de plus ils s’usent et enfin on peut vouloir utiliser plusieurs plateaux suivant les cas (lisses, granuleux, verre par exemple) et donc avec des épaisseurs différentes.

Bref, il m’a semblé intéressant d’installer un capteur sur ma X1. Avant d’aller plus loin, je précise que je maintiens mon point de vue si vous utilisez le plateau (fixe) d’origine de la X1 ou de la Genius. La complication (et le risque si vous n’êtes pas sur de vous) de l’installation d’un capteur ne se justifie pas à mon sens. Cela dit, vous pouvez quand même lire la suite de l’article, par curiosité et pour comprendre de quoi il s’agit 😉

Pourquoi un TouchMi ?

Sur le marché, à ma connaissance, il y a 3 capteurs principaux : BL-Touch, 3D-Touch et TouchMi. Pour les deux premiers vous trouverez des tonnes de tutos dont ceux du Guero Loco et de Wagster.

J’ai choisi le TouchMi pour plusieurs raisons. D’abord parce que hotends.fr, qui vend ce capteur pour une somme très modique, dans les 20€, propose un véritable pack qui comprend la capteur et sa quincaillerie pour le monter, un firmware basé sur Marlin 2 pour la carte mère, un firmware pour l’écran TFT et un guide d’installation extrêmement bien fait. Le deux firmwares sont bien entendu paramétrés pour le capteur. En fait en choisissant le pack hotends.fr, vous avez une cohérence parfaite entre le matériel et le logiciel ! En d’autres termes, vous n’aurez pas à vous prendre le chou en vous demandant si votre Marlin est bien adapté à votre BLTouch ou votre écran adapté au Marlin qui est peut-être adapté au BLTouch. J’exagère un peu bien sur, mais je trouve que la sérénité d’avoir un ensemble complet et cohérent (et pour un prix très modique je le répète) est un énorme plus. Bien entendu, je ne remet pas en cause les autres systèmes qui ont aussi leurs avantages.

Ce pack offre également des améliorations matérielles et logicielles importantes, voire très importantes. Du côté matériel c’est la fin de l’obligation de débrancher l’écran pour flasher, ce qui n’est pas un détail ! Du côté logiciel, un firmware complet, le retour du M600 (et oui, vous avez bien lu !), le capteur de filament fonctionnel, Babystep, Linear advance, Pid de la buse et du plateau, préchauffage de 6 types de filament, console Gcode etc… Bref, un ensemble qui fait ressembler notre Artillery à ce qu’elle aurait du être en sortie de boîte. Avec le TouchMi et ses firmwares, c’est une imprimante quasi parfaite.

De plus, hotends.fr est une société française auprès de laquelle vous trouverez toujours une oreille pour vous écouter. En prime une oreille qui comprends le français et qui vous permet de comprendre ce qu’on vous répond. On sent qu’ils font leur boulot avec passion et qu’ils sont toujours à la recherche d’améliorations. Ca change de certains dont le seul objectif est de vous vendre leur matériel (et de vous rediriger ensuite vers Docarti pour avoir des infos 😉 ) Moi, j’aime bien les gens comme hotend.

Un avertissement quand même ! L’installation, même si elle a été simplifiée présente toujours un risque d’exploser votre machine si vous faites une erreur. Donc, lisez bien le guide de hotends.fr et cet article avant de vous lancer ! Visualisez ce que vous allez faire pour que ce soit bien clair dans votre esprit.

Un second avertissement pour le même prix ! Faites attention à bien commander ce qu’il vous faut chez hotends.fr (explications plus bas) !

Mais gardez à l’esprit ma devise digne de Lao Tseu : ‘si ça marche, touche à rien !’. Ou, au choix et moins exotique, ‘le mieux est l’ennemi du bien’. Bref, si votre machine tourne bien et que vous en êtes satisfait, réfléchissez à sept fois (et pas deux seulement) avant de vous lancer dans cette modification. A moins que vous soyez un bricoleur invétéré, un passionné de la prise de risque, un cascadeur de la carte-mère. Dans ce cas, un conseil : faites le montage sans regarder la doc, ce sera plus fun 🙂 Et n’oubliez pas de venir raconter comment ça s’est passé, je serai curieux de le savoir…

C’est parti ! Le matériel

La première chose à faire si vous commandez un TouchMi c’est de bien commander le modèle pour Artillery !

Si vous ne faites pas attention, vous commanderez le capteur seul, qui est l’option par défaut, et vous vous retrouverez à devoir bricoler avec vos propres vis et vos propres câbles dupont !

Comme disait Mac-Mahon : “La thyphoïde, je l’ai eue. On en meurt ou on en reste idiot…” Je ne me souvenais pas d’avoir eu la thyphoïde !

Tout ça pour dire que j’avais commandé le capteur seul et que mon montage sera donc un peu particulier. Vous n’aurez pas mes problèmes si vous commandez le bon produit.

Lorsque vous recevez votre TouchMi vous trouvez dans la pochette le matériel suivant :

  • capteur TouchMI
  • câble mâle / femelle 15 cm
  • 1 vis M3x16 mm + écrou
  • 2 vis M3x20 mm
  • 4 rondelles

Outre le matériel, il y a également :

  • un autocollant aux couleurs de hotends.fr dont l’utilité dans le montage reste à trouver (mais c’est zouli 🙂 )
  • une carte de visite qui vous propose une remise de 10% sur vos prochains achats
  • un petit papier vous signalant que la notice d’utilisation se trouve sur hotends.fr, rubrique “documentation”. L’avantage de donner le lien est que vous êtes sur d’avoir une doc toujours à jour. L’inconvénient c’est qu’il faudra l’imprimer si vous aimez suivre un document écrit ou sinon s’en servir sur un écran quelconque. Lien vers la documentation

Outre ce matériel indispensable, je vous propose trois autres outils, pas du tout indispensables eux, dont vous verrez l’utilité un peu plus loin.

Un décapeur thermique… qui ne sert pas à décaper dans notre cas.

Du ruban toilé qui vous servira dans tellement de circonstances de la vie courante !

Des colliers de serrage, mais vous en avez probablement quelques chez vous.

Des câbles dupont mâle/femelle.

Résumé des étapes

Avant de démarrer récapitulons les étapes.

Etape 1 : téléchargement des fichiers : firmwares et pièces nécessaires au montage, puis impression des pièces.

Etape 2 : connexion des éléments sur la carte MKS, c’est à dire :

  • Connexion du câble du TouchMI sur la carte-mère MKS
  • Déport de la connectique de la LED (pour pouvoir installer plus tard une nouvelle led ).
  • Déport de la connectique du TFT sur le port série n°2, pour séparer la communication de la carte MKS et de l’écran. C’est grâce à ce montage qu’il n’y a plus besoin de débrancher l’écran pour flasher l’imprimante !.

Etape 3 : montage du TouchMI

Etape 4 : installation des 2 firmwares : Marlin 2.0.7 et TFT

Etape 5: réglage du capteur.

Comme je vous disais, le guide de hotends.fr est très bien fait. Je vais reprendre des parties et des captures de ce guide et j’y ajouterai mes commentaires et conseils.

Comment ça marche, le TouchMi ?

1-La bille et la pointe sont en bas.
Position pour l’auto levelling. Les deux led sont allumées.

2-La bille est en haut (attirée par l’aimant) et la pointe en bas.
Position pour faire tomber la pointe. Les deux led sont allumées.

3-La bille est en bas et la pointe en haut (attirée par la bille). Position pour l’impression. La led gauche seule est allumée.

Le capteur comporte une pointe (appelé PIN dans la doc hotends.fr) qui coulisse librement verticalement. Il comporte également une bille magnétique qui coulisse en biais. Au repos, la bille est en bas et la pointe n’est pas attirée vers la bille. Elle reste en bas (photo 1). Quand la bille est en haut, elle est loin de la pointe et celle-ci reste en bas (photo 2). Quand la bille est en bas, si on approche la pointe, celle-ci est attirée par la bille et reste bloquée en haut (photo 3). La pointe sera utilisée en bas pour faire les réglages (auto-levelling) et sera remontée pour imprimer, afin de ne pas toucher le plateau ou l’impression.

C’est clair jusque là ? Ok. Alors on continue.

Mais comment faire monter ou descendre cette bille puisque c’est elle qui commande la pointe ? C’est le déplacement de la tête d’impression qui va entraîner la montée ou la descente de la bille. Sur le côté gauche, près du home X, on va installer un aimant. Quand la tête d’impression se rapprochera de cet aimant, la bille sera attirée vers lui, elle s’éloignera de la pointe… et la pointe tombera. Quand la tête s’éloignera de l’aimant, la bille retombera. La pointe restera en bas si on ne fait rien mais viendra se coller à la bille (elle remontera) si on la pousse vers le haut. Ce qu’on peut faire en descendant la tête vers le plateau.

Donc, en jouant sur le déplacement horizontal ou vertical de la tête, on peut commander la bille et la pointe. Vers l’aimant, la pointe tombe. Vers le plateau, la pointe monte. Très ingénieux, ça, je trouve !

Voila le principe du TouchMi. Il est complètement différent des BL-Touch ou 3d-touch et il comporte très peu d’électronique, gage théorique de fiabilité et de longévité.

Téléchargements et impression des pièces

Avant de commencer quoi que ce soit, vous devez imprimer deux pièces indispensables, parce que si vous voulez les imprimer après avoir démonté la machine… ce sera assez délicat (en tout cas pour tous ceux qui n’ont qu’une imprimante 😉

D’abord Un support pour l’aimant. Ce support va se fixer sur le moteur de l’axe X. Comme on le disait plus haut, cette pièce va participer à la montée ou la descente de la bille et donc de la pointe.

Ensuite un support pour le capteur qui va se visser sur le ventilateur. Parce qu’il faut bien fixer la capteur quelque part 🙂 Ce support tiendra par la vis du ventilateur. Donc, si la pointe venait à taper contre le plateau au démarrage, le capteur se relèverait sans dégâts. Mais cela ne doit pas se produire car à l’impression, la pointe est toujours en haut.


Un lien direct vers les pièces a imprimer : Support capteur & support aimant activation

Le support d’aimant, qui a été amélioré pour permettre un meilleur positionnement me génère un message d’erreur dans IdeaMaker. La réparation automatique n’a pas marché mais ça n’a pas empêché l’impression.

En revanche, aucun souci pour imprimer le support de capteur.

Pendant qu’on en est aux téléchargements, téléchargez les fichiers des firmwares : Firmware Marlin 2.0.7+ Firmware écran BigTree Tech et décompressez tout ça bien au chaud sur votre ordinateur.

Une fois que tout ceci est prêt, il est temps de commencer l’installation proprement dite.

2-Connexions sur la carte-mère

Ouverture de l’imprimante

Comme toujours avant toute intervention dans la machine, débranchez le câble d’alimentation, il y a du 220v qui se promène dans la boiboite !

Un dernier rappel

Ces manœuvres peuvent achever votre imprimante, même si, en suivant à la lettre les instructions, vous ne devriez pas avoir de problème. Mais il y a toujours un risque. De plus ces modifications ne rentrent pas dans la garantie.
Je vous ai fait très peur ? Tant mieux, c’est l’objectif. Maintenant je vous dis que c’est quand même très faisable, ce que vous confirmeront ceux qui l’ont fait.

Dévissez les 6 vis sous le boitier et retirez la plaque en faisant attention à débrancher délicatement le ventilateur… et à repérer où il est connecté car il faudra le rebrancher en refermant !

Recablage du TouchMi et de la LED

Quel est l’objectif de cette opération ?

Le TouchMi, alimenté par le connecteur de la led (et donc, il n’y a plus de led), va remplacer le endstop Z. Il faut donc déplacer les 3 fils marron (anciennement Led et maintenant TouchMi) vers le endstop Z. Dans l’optique d’une évolution qui devrait permettre de réinstaller la led sans perdre le bénéfice du TouchMi, il faut aussi déplacer le fil noir (masse de la LED). On ne rentre pas dans les détails sur ce point. On verra ça avec la réinstallation de la led.

Le endstop actuel ne servira plus. On ne touche pas aux endstop X et Y. Voici le schéma. A gauche avant, à droite ce qu’on doit obtenir.

Voici les emplacements concernés sur la carte. Les flèches indiquent les déplacements des câbles.

Maintenant qu’on sait ce que l’on veut obtenir et comment l’obtenir, il n’y a plus qu’à….

La galère commence. Il faut enlever la colle. Chez Artillery, ce sont des fous furieux du pistolet à colle chaude !

Le meilleur moyen pour cela : le décapeur thermique dont je vous parlais plus haut. Mais attention, il agit de ramollir la colle, pas de faire fondre la carte !

Donc, laissez votre côté bourrin à l’écart et donnez quelques petits coups de décapeur, pas plus de 3 secondes et regardez votre colle. Elle va passer de blanc à translucide. A ce moment avec une pince, vous pourrez la retirer (presque) facilement et sans risques pour les fils. Mais je répète, jamais plus de 3 secondes !

Au passage, un décapeur comme ça peut aussi servir à autre chose. Décoller les étiquettes des bouteilles par exemple…

Si vous ne m’avez pas écouté et que vous n’avez pas de décapeur thermique vous pouvez essayer avec un sèche-cheveux ou au cutter. Et au cutter, priez pour ne pas déraper en coupant (fin de la séquence gore)

Inutile de retirer la colle sur tous les connecteurs (à moins que vous preniez goût au décapeur)

Retirez la colle du connecteur avec 3 fils marrons (LED) et débranchez.

Retirez la colle du connecteur avec un fil marron, un bleu et un noir (Endstop Z) et débranchez.

Retirez la colle du fil noir (LED-GND) et débranchez.

La photo montre la situation lorsque tout est débranché.

Etiquetez l’ancien câble Z endstop qui ne servira plus et fixez-le après une nappe. C’est ici que servent les liens de serrage mais vous pouvez aussi faire tenir avec du ruban toilé, avec de la ficelle ou avec un reste de confiture d’abricot (non, ne gâchez pas la confiture !). Le tout étant de ne pas laisser traîner le câble n’importe où.

Après le démontage, le remontage. Il faut donc mettre les 3 fils marrons (ex-Led) à la place des marron, bleu, noir (endstop Z).

Pour finir le fil noir vient se mettre juste sous les 3 fils marrons, sur la broche Servos2 (il faudra vraiment que j’améliore mes photos…)

Personnellement, le fil noir tout seul sur son pin ne m’inspire pas confiance. Je ne veux pas prendre le risque qu’il se débranche à cause des vibrations.

Je l’ai donc fixé au moyen d’un lien avec les 3 fils marrons qui, eux sont bloqués sur leur connecteur. Ca devrait limiter les risques de décrochement.

Sinon vous pouvez toujours mettre de la colle chaude 🙂

L’un de gros problèmes des Artillery c’est qu’il est compliqué de flasher le firmware de la carte-mère MKS (mais en revanche très facile de flasher l’écran). Cela est du au fait que l”écran et la MKS se téléscopent sur le même port série. Et il faut débrancher physiquement l’écran pour pouvoir flasher (ce n’est pas 100% exact mais c’est le plus souvent le cas). Vous devez donc ouvrir la machine à chaque fois que vous voulez flasher. Pas du tout pratique. Mais hotends.fr a pensé à vous et à trouvé une solution de contournement très ingénieuse. Elle consiste à brancher l’écran sur le port série n°2 au lieu du n°1. Pour le coup plus de conflits entre la carte-mère et l’écran et possibilité de flasher sans ouvrir la machine. On se demande pourquoi personne n’y a pensé avant. Bravo hotends !

Déport de la connectique sur le port série 2

Hotends.fr propose une méthode en 3 phases.

  • Débrancher le câble qui relie l’écran au port série n°1
  • Modifier le câblage du connecteur
  • Rebrancher le câble sur le port série n°2

Voici ce que l’on veut obtenir. Le connecteur AUX-1 est celui sur lequel se branche le câble de l’écran habituellement. Et le connecteur EXP-1 est celui sur lequel on veut maintenant le brancher (le port série 2). Ce connecteur EXP-1 comporte 5 rangées de 2 pins, on devra brancher RX et TX sur la rangée 2 (à partir du haut) et GND et 5V sur la rangée 5 (tout en bas) suivant le schéma que voici. Remarquez que sur chaque rangée, les fils sont inversés.

  • sur AUX-1 on a 5V à gauche et GND à droite
  • sur EXP-1 on a GND à gauiche et 5v à droite

C’est important. Ne vous loupez pas sur ce branchement. Si vous inversez le 5V et le GND, votre machine ne va pas aimer ! Le TX et le RX sont aussi inversés mais là, c’est moins grave. Si vous vous vous trompez, ça ne marchera pas, c’est tout.

Voici les emplacements concernés sur la carte et les déplacement. Je présente mes excuses aux daltoniens mais je n’ai pas trouvé d’autre solution que les flèches de couleur.

Hotends.fr préconise la méthode suivante : “A l’aide du lame de cutter, soulever les languettes du connecteur afin de retirer les pins et les réorganiser suivant le plan fourni a l’étape précédente. (Nous vous conseillons de repérer vos cables dans cette étape)”

Personnellement, je n’aime pas modifier “en dur” pour des raisons de retour arrière (je rappelle que j’ai déjà du le faire avec le BLTouch). J’ai donc choisi une méthode différente. Au lieu de recâbler le connecteur du câble lui-même, j’ai créé une sorte de “rallonge” au moyen de 4 connecteurs dupont (mâle/femelle).

Voici le schéma de ce câble

La partie gauche, avec ses 4 broches maintenues ensemble au moyen de scotch gris (5v, GND, TX, RX) viendra au bout du câble qui va à l’écran. La partie droite avec d’un côté 5V et GND, et de l’autre TX et RX) viendra sur le connecteur EXP-1 selon le schéma ci-dessus. Tout est étiqueté pour éviter les erreurs de branchement. Donc, facile à brancher, et facile à débrancher si besoin est mais une fois de plus ce n’est pas ce que préconise hotends.fr (je vous rassure ça marche parfaitement chez moi).

Maintenant voyons comment faire

Débranchez le câble écran qui comporte 4 fils blanc.

Branchez le câble maison dupont sur le connecteur dans l’ordre 5v – Gnd – TX – RX. Branchez les dupont dans le bon sens. Vous pouvez diriger le connecteur vers la carte pour ne pas inverser les fils. Le tout est d’être attentif pendant l’opération.

De l’autre côté branchez sur le port série n°2.

RX et TX sont sur la seconde rangée de pins à partir du haut (en face du connecteur rouge). RX à gauche et TX à droite.

GND et 5V sont sur la dernière rangée vers le bas (en face du connecteur bleu). GND à gauche et 5V à droite.

Fixez le câble pour éviter qu’il ne bouge. J’ai utilisé mon scotch gris passe partout 🙂

C’est terminé pour les branchements à l’intérieur de la machine. On peut refermer.

Mais avant, autant vérifier que la machine redémarre sainement. Elle ne fonctionnera pas encore mais vous pourrez voir si vos branchement ne la mettent pas en panne.
En faisant attention (le 220v va courir dedans), sans remettre le fond en place, mettez la machine à plat (pas sur une surface métallique !) Rebranchez la prise et allumez la machine en gardant la main près de l’interrupteur pour arrêter en cas de problème. Le démarrage doit bien se passer et vous devez arriver sur l’écran de base du menu. N’essayez pas de l’utiliser, ça ne marchera pas. Mais si l’écran est allumé, que ça ne sent pas le roussi et que vous n’avez pas été projeté à 10m en arrière c’est que votre montage est sans danger.

Eteignez la machine, débranchez la prise et fixez la plaque inférieure en n’oubliant pas de reconnecter le ventilateur ! Je sais que j’ai tendance à radoter…

Votre machine est fermée. Rebranchez la prise et vérifiez une dernière fois que le démarrage se passe bien.

Débranchez encore la prise. Allez prendre un café. Après, on va passer au montage du capteur proprement dit.

Montage du capteur

Desserrez les deux fis du carter et retirez-le. Retirez la nappe qui va à l’extrudeur en tirant délicatement dessus.

Desserrez les 2 vis du ventilo, débranchez son connecteur et déposez le ventilo

Débranchez la led. Faites attention. Sur mon modèle il y a peu de place et il ne faut pas abîmer le fil (gris) de la sonde.

Là j’ai un problème. Il faut un câble mâle/femelle pour brancher le TouchMi sur la prise de la led mais le seul câble que j’ai dans la pochette fait 1m alors qu’une vingtaine de cm suffisent ! Je contacte hotends.fr pour comprendre et c’est là que je réalise que j’ai commandé le capteur seul et non pas avec le kit Artillery ! Damned ! Quand je vous disais de bien vérifier ce que vous commandez !

Heureusement que j’ai mes dupont. Je me fabrique un câble de 20cm pour remplacer celui qui me manque. J’essaie de garder les couleurs rouge et jaune du fil original afin de ne pas inverser au montage.

Le connecteur de la led a 4 emplacements et le câble 3 pins. Il ne faut pas utiliser l’emplacement le plus proche de vous.

Branchez (en faisant attention de ne rien casser) le câble sur le connecteur de l’ex led. Le fil rouge va au fond, le jaune vers nous.

Le câble va passer sous le ventilateur. Pour le maintenir pendant le montage (et même après) je le fixe en le mettant le plus bas possible pour éviter qu’il ne touche le support du capteur plus tard.

Montage du ventilo et du support capteur

Les vis de fixation originales du ventilateur sont des M3x15. Mais vous ne pouvez plus les utiliser car les fils du capteur et son support passent derrière le ventilateur. Cela éloigne le ventilateur de la plaque bleue et les vis originales sont trop courtes. Hotends vous a fourni deux vis M3x20 dans la pochette pour les remplacer et deux rondelles pour compenser l’épaisseur du support de capteur. Les rondelles se mettent donc à l’opposé du support de capteur.

Une fois les vis et les rondelles mises en place sur le ventilateur, vous pouvez le fixer à la plaque. Il n’est pas utile de serrer trop fort pour l’instant. Le support de capteur doit être libre. Ce sera plus facile pour fixer le capteur. J’ai mis un scotch pour maintenir l’écrou pendant le serrage de la vis du capteur. Et n’oubliez pas de rebrancher le ventilateur sur son connecteur. Ca peut servir !

Fixation du capteur

J’essaie de monter le TouchMi sur son support déjà fixé au ventilateur. Mais comme il doit être légèrement en biais, je ne trouve pas ça pratique. Pour le coup, je retire la vis qui maintient le ventilateur et le support. J’enlève le support de TouchMi, je monte le capteur dessus et ensuite je refixe le tout au ventilo. Croyez-moi, c’est plus simple.

Il ne reste plus qu’à brancher le câble sur le capteur. Le fil rouge à gauche en regardant le capteur. Une fois en place serrez bien la vis du ventilateur pour bloquer le capteur.

Montage du support d’activation et contrôle capteur

Dernier montage, celui du support d’aimant aimant. Il faut forcer pour insérer l’aimant. Ce support se fixe avec une vis M3x20 sur le moteur. Sur la photo l’aimant est enfoncé mais je l’ai fait ressortir un peu pour qu’il soit plus proche de la bille pendant les réglages, comme vous pouvez le voir sur la photo ci-dessous. Là aussi, inutile de trop serrer pour l’instant.

Important. Il est capital que l’aimant soit bien positionné par rapport au capteur pour votre bien être mental. Si ce n’est pas le cas, vous ne comprendrez pas pourquoi ça ne marche pas plus tard.

Pour ne pas avoir de soucis vous devez vérifier 2 choses :

  • qu’il y a environ 4mm entre l’aimant et le capteur (pas la peine d’enfoncer l’aimant à fond dans son support)
  • que l’aimant attire bien la bille avec la pointe collée à elle lorsque vous êtes au home du X (à ce moment la bille monte et la pointe tombe)
4mm maxi d’écart
la bille doit monter pour libérer la pointe

Voici une vidéo qui vous montre ma façon de positionner le support. Contrairement aux apparences, la vidéo a été tournée avec 0 grammes d’alcool dans le sang et les tremblements avec le tournevis sont dus au fait que gérer une caméra et un tournevis en même temps, c’est un peu difficile pour mon pauvre cerveau 🙂

Remise en place de la nappe et du carter.

Passez d’abord la nappe dans le carter et fixez-la sur son connecteur. Ensuite seulement fixez le carter. C’est bien plus simple dans cet ordre.

Si vous ne l’avez pas déjà fait, n’oubliez pas d’imprimer un bloqueur de nappe une fois votre imprimante opérationnelle. Parce que la fixation des nappes est vraiment le point fable de cette bécane. J’utilise celui-ci depuis le début et je n’ai rien à lui reprocher. Mais il y en a bien d’autres.

Dans la doc hotends.fr il est dit “Contrôlez bien que le PIN du capteur se trouve bien a 2 mm quand votre buse touche le plateau. Si ce n’est pas le cas, desserrez le capteur et faites-le descendre,”.

Je regarde et… c’est pas possible. Ma buse est plus haut que la pointe du capteur !

Il y a clairement un truc pas normal.

En fait le texte devrait dire “Contrôlez bien que le PIN du capteur se trouve bien a 2 mm quand votre buse touche le plateau.. et que le pin est remonté contre la bille” !

En effet si on remonte la pointe pour la coller à la bille, on arrive à avoir 2mm (environ) entre le plateau et l’extrémité de la pointe quand la buse est collée.

Si vous n’arrivez pas à régler la hauteur du capteur, je vous suggère d’ovaliser le trou dans le support de capteur que vous avez imprimé. Mais pour ça il faut le redémonter.

C’est terminée pour le cambouis et la mécanique. Maintenant il faut passer aux firmwares

Installation des firmwares

Vous allez avoir besoin des fichiers (rar) que vous avez téléchargés chez hotends.fr et que vous avez décompressé sur votre disque dur.

Le firmware de l’écran

Le flashage du firmware de l’écran est vraiment le plus facile à effectuer.

  • Prenez une micro-sd (8go et même moins, suffisent) et formatez-là en FAT32.
  • Copiez le dossier et les fichiers qui sont dans le répertoire ‘Firmware TFT’ que vous avez téléchargé vers la racine de votre carte micro-sd.
  • Éteignez votre imprimante
  • Insérez la carte dans le lecteur de l’imprimante
  • Allumez l’imprimante. L’installation commence. Elle dure environ 4mn ce qui est long mais il se passe toujours quelque chose à l’écran, garantie que l’appareil n’est pas planté. A la fin vous devez appuyer sur une série de points pour calibrer l’écran. Une fois cela fait, vous arrivez sur le nouvel écran d’accueil
  • Je vous suggère d’éteindre l’imprimante, de retirer la carte et de redémarrer l’imprimante pour vous assurer qu’elle démarre correctement.

Si vous avez des difficultés avec la lecture de cette carte mémoire, jetez un coup d’oeil au wiki.

Voici la séquence de flashage de l’écran en temps réel.

Le firmware de la carte-mère

Le flashage de la carte-mère est un peu plus compliqué. La doc de hotends.fr vous propose de flasher en utilisant Xloader, qui est fourni et qui se trouve dans le répertoire… ‘XLoader’ des fichiers que vous avez téléchargés.

Personnellement, je suis sous linux et donc, je n’ai pas accès à cet utilitaire, bien qu’il me semble avoir vu une version pour Ubuntu. Mais je préfère une solution plus universelle. Heureusement hotends.fr fournit une version .hex du firmware à flasher. Habituellement, j’utilise Prusa Slicer pour le flashage. Mais, pour une raison inconnue, ça ne marche pas. hotends me suggère d’essayer avec Cura et cette fois-ci aucun problème. Grâce au montage qui permet de déporter l’écran sur le port série 2, il n’est plus obligatoire d’ouvrir la machine et de débrancher l’écran ! Une grande victoire de l’esprit sur la machine !

Voici la procédure pour flasher à partir de Cura.

  • Allumez l”imprimante sans le câble usb connecté.
  • Branchez le cable usb sur la prise de droite seulement après être arrivé sur l’écran d’accueil.
  • Lancez Cura
  • Allez dans ‘Imprimante > Gérer les imprimantes’

  • Cliquez sur le bouton “Mettre à jour le firmware”
  • Cliquez sur le bouton “Charger le firmware personnalisé”
  • Allez dans le répertoire ‘XLoader’ des fichiers que vous avez téléchargés (et non pas dans le répertoire ‘Firmware’). Vous y trouvez les fichiers “firmware 9 points.hex”, “firmware 16 points.hex” et “firmware 25 points.hex”. Le nombre de points en question est celui du nombre de palpations du plateau. Si votre plateau a peu ou pas de déformations, je vous suggère de prendre “firmware 9 points.hex”. Si ça ne va pas à l’usage, vous pourrez toujours flasher plus tard le 16 ou le 25 points.
  • Laissez la mise à jour se faire. Lorsque c’est terminé, cliquez sur “Fermer”. Vous pouvez quitter Cura.
  • Eteignez l’imprimante.
  • Allumez l’imprimante. Il se peut que vous ayez un message d’erreur “Failed to enable Bed Levelling”. C’est normal la première fois puisqu’il n’y a encore aucun réglage de niveau qui a été fait. Confirmez et passez à la suite.
  • Allez dans ‘Menu > Options > Connexion’ et appuyez sur “Reset” pour réinitialiser le firmware.

Une fois le firmware initialisé, vous arrivez sur un message dont la poésie ne vous échapera pas “… stored settings retrieved… ” ce qui est bon signe puisque ça vous confirme que les réglages sont enregistrés.

Ce n’est pas demandé par hotends.fr mais personnellemnt, je vous suggère de redémarrer votre imprimante.

Réglage du capteur

Les câblages sont faits, les firmwares sont installés. Dernière étape, régler le capteur pour que la machine enregistre précisément le décalage entre la pointe de la buse et la pointe du capteur. Cela servira quand sera lancée la détection du hauteur du plateau.

Je vous disais plus haut que la position de l’aimant par rapport au capteur était capitale. C’est ici que vous risquez de le constater si vous avez mal réglé votre aimant. Pendant les manœuvres de réglage, le capteur va s’approcher de l’aimant, la bille va monter et la pointe, libérée, va tomber. Si votre aimant est mal positionné et que la pointe ne tombe pas, vous ne comprendrez pas ce qu’il se passe et vous aurez une surprise. En effet, au lieu de descendre, votre axe X va monter. Et monter encore un peu plus chaque fois que vous tenterez la manœuvre. Donc vérifiez bien que la pointe descend pendant l’initialisation.

  • Allez dans “Menu > Mouvement > Bed level > Abl > TouchMI”
  • 1- Appuyez sur “Init”. La tête vient au home X/Y, repart au milieu, vient se coller contre l’aimant (la pointe doit tomber à ce moment-là, si ce n’est pas déjà fait) et retourne au milieu du plateau. Puis elle descend vers le plateau
  • 2- Avec Zoffset – et Zoffset+ ajustez la pointe de la buse (propre !, ils ont raison de le préciser !) jusqu’à ce qu’elle “gratte” une feuille de papier suivant la formule habituelle mais toujours aussi peu précise. Mais ça, vous devez avoir l’habitude. Attention de ne pas appuyer à côté du bouton virtuel, sinon vous devez recommencer 🙁
  • Ne soyez pas surpris. Pendant la manœuvre, il y a de fortes chances que la pointe remonte pour se coller à la bille. C’est normal.
  • 3- Quand la grattouille vous convient, appuyez sur “Sauvegarde”. Le capteur revient au home X/Y et la pointe retombe. Vos réglages sont sauvés.

Ce réglage n’est pas compliqué à faire mais encore il est encore plus clair quand il est présenté directement par hotends.fr !

Voila. Cette fois-ci c’est terminé. Votre TouchMi est installé et réglé. A vous le bonheur des réglages parfaits !

C’est bien beau tout ça. mais comment on s’en sert ?

Et oui. Parce que pouvoir faire le réglage automatique du plateau c’est bien mais le faire en pratique, c’est mieux.

Sur le plan théorique l’auto-levelling se fait au moyen de deux commandes Marlin : G28 et G29

  • G28 fait un auto-home, c’est à dire qu’il réinitailise en quelque sorte votre tête d’impression
  • G29 effectue le levelling proprement dit. Cette commande est assez complexe et sort du cadre de cet article (déjà bien long) mais ce qu’il faut savoir c’est que le capteur va aller mesurer les hauteur de votre plateau sur 9 points (dans cette version de Marlin) et dresser une sorte de carte de ses variations de hauteur. Une carte comme celle ci-dessous (mais celle-ci est faite avec plus de 9 points). A partir de cette carte il va adapter votre gcode pour qu’il suive au plus près la forme de votre plateau pendant l’impression. C’est le miracle de l’auto-levelling. Alleluia !

En pratique, il faut d’abord savoir que vous n’êtes pas obligé de faire ces réglages à chaque impression. En fait, il y a deux options principales.

  • soit vous faites le G28/G29 de temps en temps “à la main”
  • soit vous mettez G28 et G29 dans le Gcode de départ (start-gcode) de votre trancheur. Dans ce cas le levelling sera fait à chaque impression.

Pour les cossards, il est bien sur plus simple de le mettre dans le gcode. Vous n’avez rien à faire mais vous perdez du temps à chaque impression. Pour les impatients (j’ai pas dit les excités, hein) vous le faites à la main et vous évitez de refaire ce calcul à chaque impression. A vous de voir selon votre tempérament.

Si vous voulez envoyer les commande Marlin à la main, vous pouvez le faire depuis l’écran de l’imprimante. Vous allez dans “Menu > Terminal”

C’est un clavier simplifié puisque vous ne disposez que des lettres utilisables dans Marlin. Je trouve au passage que la typographie n’est pas très lisible. Le M, par exemple ressemble à un A. Ce serait mieux avec une autre police de caractères, je pense. Mais c’est un détail.

Sur la clavier vous tapez d’abord G28 puis “Send”. Vous voyez les opérations qui s’enchaînent (écran de droite). Un fois la tête immobilisée, vous appuyez sur l’écran pour revenir au clavier virtuel

Tapez G29 puis “Send”. Et vous voyez votre capteur se balader sur les 9 points de palpation. Un fois la tête immobilisée, vous appuyez sur l’écran pour revenir au clavier virtuel.

Dans cette version de Marlin le plateau reste à l’avant ce qui qui n’est pas très pratique. Mais je ne doute pas que ce sera corrigé bientôt par hotends.fr 😉

Voici en vidéo l’enchaînement d’un G28 (le calage au dessus du plateau) et d’un G29 (la palpation des 9 points).

Tout est-il merveilleux avec un capteur ?

Voila la grande, la vraie, la bonne question : est-ce que ça vaut le coup ? Et comme à chaque fois il n’y a pas de réponse simple.

Pour bien situer les choses, d’après le sondage fait en septembre (et que je n’ai pas encore fini de dépouiller, je vais finir par me faire virer par le chef… ah, non c’est vrai que c’est moi le chef), 77% d’entre vous n’ont pas installé de capteur et seuls 33% en ont mis un. Ce n’est donc clairement pas indispensable. Surtout quand on voit les impressions obtenues par certains qui règlent leur plateau à la main.

Je vous donne ici mon opinion mais, comme toujours, je ne prétends pas détenir la vérité. Peut être votre sentiment sera-t-il différent.

Avant tout je rappelle que le prix du capteur est vraiment modeste ce qui est un bon point. Pas de regrets si ça ne marche pas.

L’installation

Mon regret principal c’est l’obligation de recâbler ‘au cutter’ le port série. Même si c’est élémentaire pour quelqu’un qui a l’habitude, je trouve ça peu pratique et même dangereux et rebutant pour des gens ‘normaux”. Je regardais à l’instant le prix d’une nappe dupont sur AliExpress. Pour un 3€5 frais de cochon compris, on en a 40 (j’ai pris le premier qui se présentait). Ca met le fil à 0.08€ et donc la nappe de 4 à 35 centimes. J’aurais préféré payer 50 ct de plus le TouchMi et avoir ce câble tout prêt à brancher.

Je trouve que j’ai passé beaucoup de temps à installer ce capteur. Certes, je ne suis pas spécialement doué et comme je le dis souvent je suis un besogneux, j’y vais doucement. Mais heureusement que hotends.fr était là pour m’aider. En particulier avec l’alignement de l’aimant. Sinon je serais encore en train de me demander pourquoi ça marche un coup sur deux. Le guide indique 1 heure pour le montage. J’ai essayé d’écrire cet article et de prendre des photos pendant que j’installais donc, de base, ça a pris plus de temps que prévu. Mais je n’ai pas l’impression que je l’aurais fait en 1 heure quand même. Ce serait intéressant de savoir combien de temps vous avez mis si vous en avez installé un. Venez en parler sur la page Facebook de Docarti.

C’était long mais il ne faut pas oublier qu’on à profité de l’installation pour recâbler afin de permettre le flashage sans ouvrir la machine d’une part et précâbler la réinstallation de la led (prochain projet de hotends.fr) ce qui permettra au final de flasher facilement, d’éclairer et d’avoir le capteur sans des fils moches qui traînent partout. Pas mal quand même je trouve. On a vraiment une machine très complète maintenant.

Donc, pour moi, installation une peu compliquée mais à la hauteur des avantages procurés.

Le firmware

Je dois dire que ce/ces firmwares m’ont posé des problèmes. Messages d’erreur en pagaille, pas toujours clairs. Et qui disparaissaient comme ils étaient venus. Assez mauvaise expérience au premier abord. Jusqu’à ce que je réalise que j’avais mon octoprint branché. Une fois débranché, j’ai tout reflashé dans l’ordre (TFT+Carte mère), j’ai utilisé la clé usb pour mes fichiers. et là, plus de problème. Cela ne signifie pas qu’Octoprint ne fonctionne pas (on en reparle plus bas), mais simplement qu’il vaut mieux faire l’installation sans Octoprint branché.

Il faut savoir que hotends.fr fait des modifications régulières du firmware, donc des améliorations sont probables.

L’utilisation

Sur le plan de l’utilisation, il y a une chose que je trouve dommage. C’est qu’il n’y ait nulle part les explications sur le rôle de chaque bouton. Certains sont explicites mais d’autres le sont moins. Ceci est valable pour beaucoup de firmwares dont les concepteurs considèrent que l’interface n’a pas vraiment d’importance et que ce qui compte ce sont les fonctions. Et bien moi, je ne suis pas d’accord. Une interface pas claire, ça veut dire risque d’erreur, perte de temps et inutilisation de certaines fonctions.

Mais difficile de reprocher ça à hotends.fr. Leur choix a été d’utiliser une base BigTreeTech. C’est un firmware très répandu pour lequel on devrait trouver facilement des explications. Et bien impossible de mettre la main sur le rôle détaillé des boutons. Ca doit bien exister quelque part mais je ne l’ai pas trouvé. Si je tombe dessus j’y consacrerai une page. Et si vous avez un lien, envoyez-le moi.

L’excellente nouvelle est que ce firmware supporte le M600. Donc, vous pouvez maintenant changer facilement de couleur à la couche près en l’insérant dans votre gcode ! Ca, c’est comme les tickets de rationnement, il y avait du monde dans la file pour l’avoir. Ici, aucun problème, au M600 (que vous pouvez aussi lancer à la main, dans le terminal), la tête vient au home X/Y . Vous changez votre filament, vous nettoyez un peu votre tête et hop, vous relancez la bête. Nickel. Le seul petit reproche c’est que je trouve que le pas de l’avance du nouveau filament est un peu courte. J’aurais préféré qu’en appuyant une seule fois sur le bouton on avance de 5cm par exemple. Avec cette longueur l’ancien filament serait totalement évacué. Là, il faut le faire en plusieurs fois. Mais rien de bien méchant. Et puis ça peut se changer dans le firmware de l’écran très facilement.

Le firmware gère également le détecteur de fin de filament. Moi, je ne m’en sers pas mais j’ai vérifié que ça marche pour les adeptes de cette fonction.

Les tests d’impression

Et les impressions alors ? Pour moi le TouchMi présente deux intérêts. Corriger les déformations du plateau et permettre de changer de plateau – donc d’épaisseur de plateau – sans refaire les réglages à chaque fois. J’ai donc fait deux séries de tests pour vérifier ces points.

Le cas du plateau déformé

Mon plateau est légèrement creux. Jusqu’à présent je mettais une feuille de papier alu sous la plaque de PEI pour compenser. Maintenant, plus aucun problème. Mes carrés de test sont tous imprimés de la même façon. Donc, là, parfait.

Si votre plateau est trop déformé, il faudra augmenter le nombre de points de palpation pour en dresser une carte plus précise. Voici une série de photos pour comprendre. Pour mes tests j’utilise ce Bed levelling squares qui existe en 30×30 (pour X1) ou 20×20 (pour Genius). Je l’aime bien parce que je trouve que la taille des carrés laisse le temps de faire des réglages. Je suis parti sur une base de 9 points de palpation (la seule disponible au moment du test) soit 3 points par ligne. Par la suite, hotends a décidé de proposer d’autres versions avec 16 (4×4) et 25 points (5×5).

D’abord, pour vous donner une idée de mon plateau le voila. Vous voyez le jour sous la règle qui montre qu’il est légèrement creux au centre (cliquez sur la photo pour les détails).

Voici une impressions avec TouchMi. vous pouvez constater que le carré du bord (en bas à gauche) et le carré central, en haut à droite (où le plateau est creux) sont identiques. Bon, mon réglage n’est pas parfait mais on voit bien qu’il n’y a pas de différence entre les deux. Donc le TouchMi a bien corrigé le creux.

J’ai ensuite voulu tester un cas extrême. J’ai donc mis une pièce de 2 centimes (en disant ça, je me sens un peu radin) entre le plateau et la plaque de PEI de façon à bomber le plateau. J’ai choisi de bomber plutôt que de creuser parce que sinon, il m’aurait fallu 4 pièces de 2 centimes (encore plus radin que je pensais) aux angles 🙂 Non, en fait j’ai fait ça pour garder un peu la chaleur. Et j’ai mis de la 3dlac pour ne pas risquer des décollements pendant les test.

La pièce fait 1.7mm d’épaisseur. Le TouchMi n’a rien pu faire. Pourtant il a essayé puisque je voyais les coupleurs tourner légèrement pour compenser (alors qu’ils ne bougent pas pour les impressions dans les angles). Mais dans la réalité, si votre plateau est bombé, ou creusé, de 1.7mm, ça devrait être remplacement sans se poser de questions !

Vous pouvez voir ici le travail des coupleurs qui essaient de compenser, sans succès, la déformation du plateau.

Deuxième test, j’ai mis une rondelle de 0.6mm d’épaisseur à la place de la pièce. C’est mieux (et à mon avis c’est suffisant si on ne cherche pas une première couche parfaite) mais le TouchMi n’a pas réussi à corriger complètement. Et je voyais les coupleurs tourner également.

Après le problème avec le premier test, à 1.7mm, j’ai contacté hotends.fr. Il m’ont envoyé un nouveau firmware qui a la particularité de faire la palpation sur 25 points au lieu de 9 !

Nouveau test avec la pièce, et là, il n’y a pas photo. Le TouchMi s’en sort comme un chef ! C’est quand même impressionnant qu’on arrive à corriger presque 2mm d’écart, je trouve.

En conclusion. Le TouchMi permet des impressions très régulières et compense bien les défauts de planéité tant qu’ils sont raisonnable. A mon avis, jusqu’à 0,5mm c’est bien. après, ça devient problématique si on est sur du 9 points de test. En revanche avec du 25 points, plus de problème. Et maintenant hotends.fr propose une version 16 points en plus de la 9 et 25.
Mais une fois de plus, utiliser un plateau trop déformé n’est pas une bonne solution, même si c’est couplé à un TouchMi. Donc la version 9 points devrait satisfaire la majorité des cas. Sinon passez à une 16 ou 25 points.

Le cas des changements de plateau

Je vous le disais au début. En ce qui me concerne l’intérêt majeur du palpeur de nivellement réside principalement dans le fait de pouvoir varier les supports sans devoir refaire les réglages.

J’ai donc fait un test pour voir l’efficacité du TouchMi sur ce plan. J’ai utilisé le protocole suivant, toujours avec mes petits carrés

  • Réglage de base (avec le firmware 16 points). Ensuite toutes les impressions se sont faites à partir du même fichier gcode (G28/G29 dans le gcode de départ), utilisé depuis la clé usb.
  • Impression sur la face lisse d’un PEI noname (épaisseur : 1 mm)
  • Impression sur la face granuleuse du même PEI noname (épaisseur : 1 mm)
  • Impression sur une plaque de borosilicate (épaisseur : 3 mm)
  • Impression sur un PEI TwoTree (épaisseur : 0.7 mm)

Donc de nombreuses variations d’épaisseur en laissant faire le TouchMi à chaque fois. Voici le résultat.

PEI noname face lisse
Epaisseur : 1 mm

Aucun problème, l’impression est cohérente

PEI noname face granuleuse
Epaisseur : 1 mm

Aucun problème, l’impression est cohérente

Borosillicate
Epaisseur : 3 mm

Là, c’est de grand écart. On passe d’environ 1mm d’épaisseur à 3mm. J’ai été obligé de faire un petit montage car je n’ai qu’une plaque de 20×20 (de mon ancienne Geeetech). J’ai donc comblé la partie dans le vide avec une cale pendant les palpations pour donner m’impression que le plateau était complet (sportif !). Aucun problème, l’impression est cohérente

Au passage ça m’a redonné envie d’utiliser ce matériau. En défaisant le montage j’ai pu constater que la chaleur s’était parfaitement bien répartie sur toute la surface. Un vrai bonheur ! Je pense que je ne vais pas tarder à me commander un borosilicate pour avoir des dessous extra-lisse. Le seul défaut c’est qu’il faut le maintenir par des pinces. Pour info, j’utilise toujours ce matériau avec de la 3dlac.

Il existe en 310×310 et en 220×220. Mais je ne vous donne pas le prix parce que c’est vrai que ce n’est pas le prix du miroir Ikea… 😉

PEI TwoTree
Epaisseur : 0.7 mm

Aucun problème, l’impression est cohérente

Avec ce petit test on peut voir que les changements d’épaisseur ne font pas peur au TouchMi. Les résultats sont toujours cohérents et on obtient une première couche de la même qualité, sans intervention, même quand on passe d’un plateau de 1mm à 3mm. Vraiment parfait.

Le cas Octoprint

Comme dans toute fin qui se respecte, il y a un rebondissement. On croit que c’est fini mais non.

Ce rebondissement c’est Octoprint. Jusque là je vous ai parlé de l’utilisation de la clé usb, qui donc fonctionne très bien.

Mais quand on est habitué à utiliser Octoprint il est très difficile de s’en passer tellement c’est souple et puissant. Et la clé usb fait un peu figure de manivelle sur les voitures. Et bien, Octoprint fonctionnait très mal au début. Les G28/G29 par exemple passaient mal. Avec mon précédent firmware (3d-Nexus avec averlin 1.1.9) je pouvais utiliser l’écran de l’imprimante pendant l’utilisation d’octoprint. Là, pas possible. Bref, grosse déception de ce côté.

Et puis, comme je l’ai dit plus haut, j’ai flashé une seconde fois l’écran et la carte-mère. Et les choses se sont améliorées. J’ai retrouvé l’accès à l’écran pendant l’utilisation d’octoprint, les g28/g29 refonctionnent, je peux envoyer le m600 sans soucis. Bref, j’ai retrouvé le plaisir d’Octoprint. Je vous suggère quand même d’installer le plugin M600 rewrite qui améliore l’usage de du changement de filament.

Le seul truc qui ne fonctionne toujours pas (pour l’instant ?) c’est le détecteur de fin de filament (mais je rappelle qu’ils est opérationnel pour une impression à partir d’une clé usb). Je n’ai pas creusé puisque je ne m’en sers pas mais il y a peut-être un plugin pour ça.

Conclusion de la conclusion

Pour résumer (ce n’était peut-être pas utile de lire tout l’article en fin de compte), 9/10 si vous n’utilisez pas Octoprint et 8/10 si vous l’utilisez. Le pack hotends.fr est un bon produit, pas cher et bien français avec l’accent et tout et tout ! Ca fait plaisir de voir qu’on peu produire ici des choses bien conçues et intelligentes sans passer par la Silicon Valley ou Zhongguancun.

Je vous le conseille donc sans hésiter et je remercie hotends.fr pour sa disponibilité et sa réactivité.

Les conseils de M. Docarti

La ligne de purge

Je ne sais pas pour quelle raison historique, la plupart de gcodes de début font une ligne de purge sur le côté gauche du plateau. Peut-être pour éviter les pinces qui tiennent un plateau de verre. Personnellement je ne trouve pas ce choix pratique et je préfère la ligne de purge devant. Elle est ainsi plus accessible. Mais cette préférence, purement personnelle d’habitude, devient ici très, très utile.

En effet, certaines lignes de purge sont très près du bord gauche du plateau. Si près qu’elle approchent trop le capteur de l’aimant et font tomber la pointe vers le bas. Lorsque la tête se déplace vers le centre pour commencer l’impression, la pointe tape sur le plateau et le capteur se met en biais. Cela ne posera pas de problème pour l’impression en cours puisque les mesures ont déjà été faites. Mais, si vous ne vous apercevez pas du décalage du capteur, lors de la prochaine palpation, la distance au plateau sera mal mesurée et votre buse sera trop (voire beaucoup trop) près de votre plateau. Et alors là, bonjour les dégâts !

Pour ceux qui ne sont pas familiers avec les gcodes, je vous propose mon gcode, très standard, qui fait la ligne de purge sur le devant du plateau. Il ne comporte pas le G29 qui déclenche la palpation. Si vous souhaitez en faire une à chaque impression il vous suffit de l’ajouter sous le G28.

; debut du start gcode
G28 ; home all axes
G92 E0 ; reset extruder
G1 Z1.0 F3000 ; move z up little to prevent scratching of surface
G1 X20 Y2.0 Z0.3 F5000.0 ; move to start-line position
G1 X250 Y2.0 Z0.3 F1500.0 E15 ; draw 1st line
G1 X250 Y2.0 Z0.4 F5000.0 ; move to side a little
G1 X20 Y2 Z0.4 F1500.0 E30 ; draw 2nd line
G92 E0 ; reset extruder
G1 Z1.0 F3000 ; move z up little to prevent scratching of surface
; fin du start gcode

Réglages après plusieurs semaines d’utilisation

Palpation sur 9, 16 ou 25 points ? G29 à chaque impression ou une fois de temps en temps ?

Après plusieurs semaines d’utilisation, je vous livre la méthode que j’ai adoptée. Comme toujours je ne dis pas que c’est la bonne, je dis que c’est la mienne.

  1. D’abord, j’ai finalement choisi la palpation sur 25 points (plus longue mais plus précise).
  2. Je n’ai pas mis le G29 dans le Gcode de démarrage de mon trancheur pour éviter de faire la palpation à chaque impression et donc de perdre du temps.
  3. Au début de chaque journée d’impression je fais un G28/G29 manuel, même si j’utilise le même plateau que la veille.
  4. Naturellement, quand je change de plateau (PEI, Ziflex ou autre) je fais un G28/G29 manuel.

J’espère que cet article vous aura plus. Je vous encourage à venir parler de votre expérience avec TouchMi sur la page Facebook de Docarti. Vous pouvez aussi m’écrire directement.

J’allais oublier 2 choses.

1/ Le TouchMi ne m’a pas été offert par hotends.fr. Je l’ai acheté moi-même et ils ne savaient pas que j’allais faire un article sur leur produit.

2/ Si vous commandez un TouchMi, vous pouvez passer par ce lien affilié, ce sera sympa et je vous en remercie 😉 Vous avez 10% de réduction avec le code SYC57UYK_docarti
Si vous ne voulez pas passer par l’affiliation utilisez ce lien qui n’est pas affilié.